Des abeilles au Parc des Landes de Gascogne...

...Et plus précisément à Belin-Beliet, au Graou.
Le Club nature et ses 8 jeunes naturalistes, accompagnés par Pierre-Arnaud Kressmann ont souhaité mieux connaitre le monde fascinant des abeilles.
Quoi de mieux que de les accompagner dans ce projet.
Après deux visites au rucher des abeilles de l'Eyre, à Mios, nous avons commandé deux kits de ruches Warré à la scierie de Mombert (Vosges). Un samedi après-midi, nous les avons monté, tous ensemble.
Deux essaims d'abeilles noires ont été commandés auprès de Laurent Chebassier, apiculteur professionnel à Marcheprime. Je suis allé les chercher vendredi matin, pour les déposer directement à leurs emplacements respectifs, au Graou.
Et enfin, samedi après-midi, nous avons pu les enrucher tous ensemble.

L'aventure débute vraiment maintenant pour les jeunes naturalistes du Parc...

Nota : Ce projet a été financé en partie par l'association des "Abeilles de l'Eyre" (grâce à la subvention de Nature et découvertes) et par le Parc des Landes de Gascogne.

Printemps précoce...

...Et pas très "Naturel", non plus !

Si les températures de l'après-midi sont exceptionnellement douces et agréables pour ce mois de février, les nuits et les matins restent de saison, à moins de 5°C, par ici en Gironde.
Et comme ce phénomène dure depuis maintenant bientôt deux semaines, les abeilles ont repris leurs activités.
Mais nous ne sommes pas à l'abri d'un retour d'un climat plus "de saison" avec froid et humidité à la clé...   Il faudra que nos petites amies s'adaptent à ces "yoyos climatiques"...   Pas simple !

C'est donc l’opportunité pour nous, d'une éventuelle visite, à réaliser de préférence au plus chaud de l'après-midi. Rien de trop intrusif non plus, un nettoyage des plancher, un coup d’œil par les vitres arrières, éventuellement légèrement basculer un élément, mais seulement si absolument nécessaire.

Sur les colonies les plus justes en réserve de nourriture, si vous aviez mis du candi, c'est l'occasion de vérifier ce que les abeilles ont consommé et éventuellement de les compléter dans l'éventualité du retour du froid.

FRELONS ASIATIQUES :

Avec cette météo hors normes, les fondatrices frelons asiatiques sont aussi  sorti de leur léthargie hivernale, plusieurs ont déjà été observées.
C'est donc le moment de les piéger en remettant en route les pièges bouteilles appâtés au sirop, bière, vin blanc.

Ces fondatrices après quelques mois de disette, sont en grand besoin de sucre et d'énergie.
Ce serait dommage de ne pas les aider un peu...     ;o))

Un dossier complet sur le frelon asiatique est paru dans la revue "L'abeille de France" (Numéro 1065 de février 2019).

J'en retiens que l'invasion du frelon asiatique a déjoué toutes les prévisions des scientifiques... (Bien plus rapide que prévu !)

Si le piégeage n'est toujours pas reconnu par le ministère de l'agriculture comme un moyen de lutte efficace, son inefficacité n'est pas non plus démontré.

En revanche, une étude documentée démontre qu'à partir de 6 à 8 frelons actifs devant une ruche, les activités de récolte des abeilles sont diminuées de moitié
Et à au-dessus de 12 frelons actifs, c'est la paralysie complète de la ruche.

Au facteur démontré, les ruches stressées par la présence des frelons à l'automne (là où ils sont les plus actifs) ont moins de chance de passer l'hiver. 

Ce pourrait être un des facteurs de perte de colonies hivernales !

En effet, une ruche stressée voit moins de sorties de récolte de pollens et de nectar, ses réserves sont diminuées. La ponte de la reine amoindrie, la colonie est moins populeuse. Moins d'abeilles d'hiver pour se tenir chaud, moins de nourriture = Moins de chances de sereinement passer l'hiver.

Donc en solutions éventuelles :
- Lutter contre les frelons asiatiques (Piégeage, muselières, raquette badminton)
- Nourrir à l'automne les colonies un peu juste, puis leur laisser un pain de candi pour l'hiver.

Je vous souhaite à toutes et à tous, une belle saison apicole !

Laurent,

;o))

La fondation NATURE & Découvertes...


...a retenu l'association des "Abeilles de l'Eyre" comme projet "Coup de main 2018".
http://www.fondation-natureetdecouvertes.com/accueil

Grâce à une subvention versée, les abeilles de l'Eyre vont pouvoir soutenir plusieurs projets de sauvegarde et de protection de nos petites amies autour du Bassin d'Arcachon.

Le premier sera la mise en place de ruches au  Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne.

Pierre-Arnaud Kressmann anime le club Nature qui regroupe notamment une douzaine d'adolescents de 14 à 16 ans passionnés par le monde du vivant. Ils sont venus pour une première visite, à l'automne, découvrir le rucher et la vie de l'abeille noire en ruches Warré et horizontale.

Les ruches vont pouvoir être commandées en kit auprès de la Scierie - menuiserie de Mombert
Il est prévu de les assembler avec les adolescents en janvier et en février pour une mise en place au printemps 2019. Les essaims d'abeilles noires seront commandés chez Laurent Chebassier (Apiculteur professionnel à Marcheprime). Fin avril, courant mai, les ruches du Parc Naturel des Landes de Gascogne verront leurs nouvelles occupantes arriver.
Bien évidemment, j'assisterai et je formerai les jeunes apiculteurs du Parc à la conduite des ruches Warré.

Aventure à suivre, donc !

De plus, le magasin NATURE & Découvertes - Bordeaux - Mérignac a retenu l'Association des "Abeilles de l'Eyre" dans le cadre de l'ARRONDI pour l'année 2019.
Vous pourrez donc, lors de vos achats dans ce magasin, choisir de soutenir la sauvegarde et la préservation des abeilles noires de Landes autour du Bassin d'Arcachon et sa région.

J'en profite donc pour remercier chaleureusement, toutes celles et ceux qui ont rendu ce "coup de pouce" possible.
Je tâcherai, de mon mieux, d'utiliser ses moyens avec efficacité pour aider nos petites amies !
Qui au passage vous disent aussi "Bzzz, Bzzz, Bzzz, MERCI !

Essaim tardif... Ou colonie ayant abandonnée sa ruche...

Dimanche 23 septembre, Marion (qui a fait le stage cet été) me prévient d'un bel essaim, installé dans une haie, à 1 mètre 80 du sol, à La Teste de Buch. Au vu de la photo transmise, je suis surpris, effectivement un bel essaim...   A cette saison, étrange...
Rendez-vous est pris pour lundi matin. A l'arrivée, les abeilles sont en grappe bien serrée, la nuit a été fraîche, le soleil ne chauffe pas encore trop, mais surtout de très nombreux frelons les harcèlent.
Nous les transférons facilement dans la ruchette que j'attache dans la haie. Nous récupérons celles restées dans les recoins des branches à la balayette et à la plume. Marion est ravie de participer à cette récupération, c'est son premier essaim. 
Un très bel essaim d'un peu plus d'1,4 kilo !
A cet saison, c'est ce qui me fait dire qu'elles ont peut-être été dérangées et sont parties de leur ruche.
Une fois rentré à la maison, je pose la ruchette à son emplacement et je leur ouvre l'entrée afin qu'elles commencent à s'acclimater à leur nouvel environnement. Ouh là, là...!!!!
Que d'agitation bruyante d'un seul coup ! Elles sont très nombreuses à sortir pour voler aux alentours et à se masser sur l'avant de la ruchette.
Hum, hum, quoi faire ? Sont-elles orphelines, un problème avec la reine durant le transport ?
Et je vois une abeille de cette colonie posée sur le toit de la ruche d'à côté, observer toute cette agitation. Surement une abeille plus âgée, d'une certaine maturité pour ne pas dire d'une certaine sagesse...   Je m'ose à lui demander conseil...   Elle me souffle de rapprocher la ruche Warré posée à l'arrière, tout à côté de la ruchette !
A la fois surpris et étonné, je me dis pourquoi pas, après tout...
Et là, à mon étonnement encore plus grand, je les vois aussitôt migrer vers l'entrée de la Warré, et en à peine 10 minutes, elles sont quasiment toutes dedans...
M'enfin, Ah ben ça alors !
Comme quoi, écouter les avis d'expérience...
L'après-midi, elles seront beaucoup harcelées par les frelons. Donc je leur fabrique aussitôt, une belle muselière en bambou car je n'en avais plus assez.
Et ce matin, les voilà visiblement acclimatées déjà en pleine installation. Il va de soi que je vais devoir bien les aider en les nourrissant pour qu'elles aient un minimum de réserves pour passer l'hiver.
Une vidéo résumé de cette aventure :




Le Club Nature du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne

Samedi 22 septembre, les "Jeunes NATURALISTES" du Parc ont débuté leur année de découverte par le monde fascinant des abeilles.
Accompagné par Pierre-Arnaud KRESSMANN, animateur du Parc à Belin-Beliet, huit adolescents sont venus approfondir leurs connaissances déjà avérées.
Leur envie d'éventuellement poursuivre cette aventure de manière plus concrète, pourrait voir le jour au printemps prochain... Mais pour le moment rien n'est encore fait ou décidé, alors laissons du temps au temps. Le lien vers les photos de cet après-midi : Club Nature du Parc des Landes de Gascogne